Les actualités de la chambre

Immobilier : les tensions sur les prix généralisées dans toute l’Ile-de-France
Selon les Notaires de Paris – Ile-de-France, l’opportunité d’acheter est restée bien présente au 3e trimestre 2016 avec des taux de crédit à l’habitat toujours plus bas et une appétence renouvelée pour les acquisitions immobilières.
Selon les Notaires de Paris – Ile-de-France,  l’opportunité d’acheter est restée bien présente au 3e trimestre 2016 avec des taux de crédit à l’habitat toujours plus bas et une appétence renouvelée pour les acquisitions immobilières.  Les ventes de logements anciens ont progressé de 10% pendant les 9 premiers mois 2016 et par rapport aux 9 premiers mois 2015.  Les premières hausses de prix, encore modérées en début d’année et concentrées à Paris, se sont accentuées et étendues au 3e trimestre. Ce mouvement haussier devrait être confirmé à la fin de l’année 2016 et début 2017 avec +6% dans Paris et de +2,5 à +5% ailleurs dans la Région. L’activité, incontestablement mieux orientée, reste fragile et très dépendante du niveau des taux d’intérêt dont les évolutions pourraient devenir prochainement un peu moins favorables.Quelles sont les évolutions de prix de l’immobilier en Ile-de-France ?► Entre 2,5% et 6% de hausse des prix franciliens en un an  En Ile-de-France, la reprise d’un mouvement haussier des prix se diffuse progressivement en tâche d’huile du cœur de la Capitale vers la Petite puis la Grande Couronne pour les appartements. Ainsi au 3e trimestre, les prix des appartements se sont accrus de 2,6% en Ile-de-France en un an (+3,6% dans Paris, +2,2% en Petite Couronne et +1,1% en Grande Couronne).  Pour les maisons, les prix ont augmenté de 1,2% en un an en Ile-de-France avec peu de différenciation entre la Petite Couronne (+0,9%) et la Grande Couronne (+1,3%). Quelle est la valeur d’un appartement francilien fin septembre 2016 ? ►5.440 euros le m² en moyenne  Le prix des appartements franciliens a augmenté de 2,6% en un an. Ainsi, fin septembre 2016, pour acheter un appartement dans la Région, il fallait débourser 5.440 euros/m².  En Petite Couronne, le prix d’un appartement est de 4.380 euros/m² (+2,2% en un an), et de 2.960 euros/m² en Grande Couronne (1,1% en un an).  Combien coûte une maison en Ile-de-France à l’automne 2016 ?►298.900 euros pour l’achat d’une maison Une maison francilienne coûtait en moyenne 298.900 euros fin septembre 2016.  En Petite Couronne, ce prix s’élève à 350.100 euros (+0,9% sur un an), et s’établit à 277.200 euros en Grande Couronne (+1,3% sur un an). Les prix oscillent entre 571.800 euros dans les Hauts-de-Seine et 234.100 euros en Seine-et-Marne.  Combien vaut le m² à Paris fin juin 2016 ?►8.300 euros le m² à Paris en moyenne Dans Paris, le prix au mètre carré atteint à nouveau 8.300 € (soit une hausse de 3,6% en un an). La hausse des prix se généralise dans Paris intra-muros avec 8 arrondissements à +de 5% de variation annuelle. L’arrondissement ayant le plus augmenté étant le 3e (+8,6%). Seul le 8e arrondissement a vu ses prix diminuer de 1,1% en un an. Comment évoluent les prix entre les arrondissements parisiens ? ►Plus que 5 arrondissements à moins de 8.000 euros/m²    Alors que le prix moyen au m² dans la Capitale est de 8.300 euros/ m², 7 arrondissements parisiens voient leur prix dépasser la barre des 10.000 euros/m² (les 1er, 2e ,3e, 4e, 5e, 6e et 7e). Les 4e, 6e et 7e dépassent même les 11.000 euros/m², l’arrondissement le plus cher étant le 6e à 11.870 euros/m².  Le 19e demeure le seul arrondissement sous la barre des 7.000 euros/m² (à 6.900/m²).  L’écart des prix entre l’arrondissement le plus cher et le moins cher dans Paris se réduit progressivement. Il est de 4.970 euros/m² fin septembre 2016. Quels sont les quartiers les plus et les moins chers de la Capitale ?►Le plus cher : Champs-Elysées à 13.790 euros/ m².  ►Les moins chers : Pont-de-Flandre et Amérique à 6.330 euros /m².  Les trois quartiers les plus chers de Paris sont : Champs-Elysées (8e) à 13.790 €/m², Saint-Thomas-d’Aquin (7e) à 13.640 €/m², et Saint-Germain-des-Prés (6e) à 12.840€/m²  Les quartiers les moins onéreux de la Capitale sont Pont-de-Flandre et Amérique (19e) à 6.330 €/m², suivis de La Goutte-d’Or et La Chapelle (18e) à 6.410 €/m².  Quelles sont les perspectives d’évolution des prix dans les prochains mois ?► 6% de hausse annuelle des prix à Paris en janvier 2017 D’après les indicateurs avancés des notaires franciliens, la hausse des prix devrait se poursuivre dans la Capitale pour atteindre 8.500 euros/m² fin janvier 2017, soit une hausse attendue de 6,2% en un an. Les prix dans Paris devraient ainsi dépasser le niveau record de 8.460 euros/m² atteint en 2012.  Une hausse annuelle du prix des appartements anciens de 4,5% est attendue en Petite Couronne et de 3,2% en Grande Couronne. Pour les maisons, de très légères érosions des prix de ventes seraient constatées d’ici la fin de l’année. Cependant, début janvier 2017 et compte tenu des hausses déjà accumulées, le prix des maisons augmenterait de 3,9% en Ile-de-France en un an. Comment a évolué le marché immobilier francilien ?► Un niveau de ventes toujours en progression  Redevenu fluide, le marché immobilier francilien affiche incontestablement une bonne santé et des volumes de ventes en 2016 qui approcheront de la moyenne élevée de la période 1999-2007. Les acquéreurs, qui avaient différé leur achat, sont revenus sur le marché et les négociations se sont opérées dans de meilleures conditions et grâce à des conditions de financement très attractives.  En Ile-de-France, le nombre de ventes dans l’ancien a augmenté de 11% au 3e trimestre 2016 par rapport au 3e trimestre 2015, au même rythme que les trimestres précédents.  120.600 logements anciens ont été vendus pendant les 9 premiers mois 2016 (+10% par rapport à la même période en 2015). Le volume de ventes dans le neuf évoluerait dans des proportions comparables.Quels sont les facteurs d’évolution du marché francilien d’ici 2017 ? ► Les taux d’intérêt joueront une nouvelle fois un rôle décisif Si le marché est redevenu fluide en 2016, il reste fragile. Bien que le souhait de réaliser une acquisition immobilière mobilise toujours de nombreux ménages franciliens, les questions de solvabilité et de capacité de l’offre à répondre à la demande vont rester prégnantes dans les prochains mois. Contrairement à ce que l’on observe dans le neuf, la réglementation dans l’ancien n’attire toujours pas les investisseurs. Le très bas niveau des taux d’intérêt conditionnera alors en très grande partie la capacité des acquéreurs à réaliser une opération immobilière. Les très récentes hausses de taux sur les marchés obligataires mondiaux laissent prévoir des perspectives un peu moins favorables pour les emprunteurs, même si les taux restent bas.  (C) Photo : Fotolia
Succession - Célibataire sans enfant : qui hérite ?
Si une personne décède sans conjoint, ni enfant, la loi désigne d’autres héritiers pour recueillir sa succession. Pour autant, il est possible d’organiser par avance sa succession à sa guise. L’aide du notaire sera précieuse en la matière pour obtenir...
Si une personne décède sans conjoint, ni enfant, la loi désigne d’autres héritiers pour recueillir sa succession. Pour autant, il est possible d’organiser par avance sa succession à sa guise. L’aide du notaire sera précieuse en la matière pour obtenir des conseils personnalisés.Qui hérite d’une personne non mariée et sans enfant ? Qu’une personne soit veuve ou divorcée et non remariée ou encore célibataire, et sans enfant, la loi désigne qui parmi sa parenté va hériter d’elle et dans quelles proportions : - Ce sont d’abord les père et mère, ainsi que les frères et sœurs ;- si les frères et sœurs (ou certains d’entre eux) sont décédés, ils sont représentés par leurs propres enfants.Exemple : un défunt célibataire laisse deux sœurs et deux neveux qui sont les fils d’un frère prédécédé. Chacune des sœurs recueille un tiers de la succession et les neveux, qui viennent par représentation, se partagent le dernier tiers.  - en l’absence de parents, de frères et sœurs ou de neveux, la succession est divisée à parts égales entre la famille paternelle et la famille maternelle (on parle de « fente ») : oncles et tantes d’abord (parents au 3edegré), puis cousins germains (4e), cousins issus de germains (5e)… ; - A défaut de parents au 6e degré, c’est l’Etat qui hérite de cette succession, qui alors dite « vacante ». Un célibataire sans enfant peut-il choisir qui recueillera sa succession ?Les personnes non mariées et sans enfant ont une grande liberté pour organiser leur succession. Elles peuvent léguer leurs biens comme bon leur semble et privilégier qui elles veulent. Pour cela, il faut pour cela rédiger un testament :- le testament olographe, écrit de la main du testateur, daté et signé, sera retrouvé à coup sûr s’il est enregistré par un notaire au Fichier central des dispositions de dernières volontés (FCDDV).  - Le testament authentique, établi par le notaire, qui sera difficilement attaquable.  Il est possible à tout moment de modifier ses dernières volontés ou de les révoquer. Demandez conseil à votre notaire. Qu’est-ce qu’un exécuteur testamentaire ? C’est une personne de confiance, désignée dans le testament, qui est chargée d’exécuter les dernières volontés du défunt. Elle peut être habilitée pour certaines missions, comme la vente d’un bien immobilier, la délivrance d’un legs... Comme elle n’est pas tenue d’accepter cette mission, il est préférable pour le testateur d’en discuter au préalable avec elle.Les droits de succession sont-ils élevés pour les héritiers d’une personne non mariée et sans enfant ?La fiscalité successorale est très lourde lorsque le bénéficiaire est un frère, une sœur, un neveu, une nièce ou un parent plus éloigné. Ainsi, pour un legs de 100.000 €, une nièce touchera moins de 49.500 €.  Et que dire des personnes « étrangères » à la famille (concubin, amis…) ? Pour elles, les droits s’élèvent à 60 % du montant reçu, après un abattement de 1.594 €.  Les legs à certaines associations sont exonérés d’impôt, ce qui peut encourager un geste  généreux.  On peut aussi envisager de recourir à l’assurance-vie,  dont la fiscalité est plus avantageuse. Votre notaire est, en la matière, votre meilleur conseiller.   (C) Photo : Fotolia
LE LIVRE BLANC DE TRANSFAIR 2016 | Les rencontres de la transmission d’entreprise
Stabiliser, Simplifier, Harmoniser et Inciter : voici les 4 thèmes des propositions que nous avons présentées lors de TRANSFAIR 2016. Ces propositions sont intégrées dans un livre blanc de la transmission d’entreprise, destiné à la mandature qui...
Chaque année, plusieurs milliers d’entreprises disparaissent faute de repreneur, faute aussi d’anticipation de leur transmission. Avec elles, ce sont les compétences, les savoir-faire, les investissements, la croissance induite et naturellement les emplois qu’elles portent qui sont malheureusement détruits. C’est pour endiguer ce mouvement que les professionnels de la transmission d’entreprise - experts-comptables, notaires, commissaires aux comptes, avocats et CCI Paris Ile-de-France - organisent TRANSFAIR. Temps fort de la semaine de la transmission-reprise impulsée par le Gouvernement, ces rencontres se se sont tenues le 21 novembre à Paris au Palais Brongniart. Transmettre une entreprise ne s’improvise pas. Il convient pour l’entrepreneur de planifier son départ plusieurs années à l’avance, d’installer une nouvelle génération aux commandes, de préparer l’entreprise et l’ensemble de ses composantes humaines, matérielles ou financières à cette mutation. Cela s’anticipe et nécessite de la visibilité. Il faut de la sérénité et pouvoir raisonner dans un univers juridique et fiscal qu’il convient de STABILISER. Le cadre réglementaire s’est construit, dans le temps, de manière sédimentaire. Ceci explique sans doute en partie sa complexité, source d’insécurité. Quelques ajustements et précisions techniques sont attendus par les différents acteurs et, ici comme ailleurs, il convient de SIMPLIFIER. Selon la forme juridique de l’entreprise ou les options prises dans l’ignorance par son dirigeant, le coût fiscal de la transmission peut être très sensiblement différent. Cette situation est unique et incompréhensible pour l’entrepreneur. Elle créée de graves inégalités devant l’impôt qu’il est techniquement aisé de gommer et d’HARMONISER. Enfin, certains freins à la transmission sont encore identifiés sur des aspects aussi divers que l’intégration des salariés, le cumul emploi-retraite ou l’ISF. Il s’agit pourtant sur ces points de donner l’idée de transmettre au chef d’entreprise, l’impulsion, donc d’INCITER. Stabiliser, Simplifier, Harmoniser et Inciter : voici les 4 thèmes des propositions que nous avons présentées lors de TRANSFAIR 2016. Ces propositions sont intégrées dans un livre blanc de la transmission d’entreprise, destiné à la mandature qui s’ouvrira en 2017. TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC "15 PROPOSITIONS POUR DOPER LA TRANSMISSION D'ENTREPRISE"PLUS D'INFORMATIONS SUR WWW.TRANSFAIR.PROCONSULTEZ LE CAHIER SPÉCIAL TRANSMISSION D'ENTREPRISE PARU DANS LE PARISIEN
> Toutes les actualités
Sondage
Seriez-vous prêt(e) à acheter ou à vendre un bien immobilier aux enchères ?

Prochains Rendez-vous

Mardi 24/01/2017 - 13:30
Ventes aux enchères - Séance du 24 janvier 2017
Programme des ventes
Du Jeudi 26/01/2017 - 10:00
Au Jeudi 26/01/2017 - 12:00
Permanence Téléphonique
Permanence
Du Vendredi 27/01/2017 - 10:00
Au Dimanche 29/01/2017 - 18:00
27-29 JANVIER 2017 LONDRES
Salon
Mardi 31/01/2017 - 13:30
Ventes aux enchères - Séance du 31 janvier 2017
Programme des ventes
> Tous les rendez-vous
Subscribe to Chambre des Hauts-de-Seine RSS